Cyrus Sibert receives messages from victims of sexual abuse at the hands of Mike Geilenfeld

Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 : souvenirfm@yahoo. fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) : www.reseaucitadelle.blogspot.com

Il existe à Port-au-Prince et à Jacmel  trois (3) maisons d’accueil pour enfants qui représentent trois (3) foyers d’exploitations sexuelles. Aux dires de plusieurs jeunes qui ont fréquenté ces établissements, ces trois (3) » Maisons Saint-Joseph pour Enfants » réunissent un nombre important d’enfants de rue venant du Centre d’accueil de Carrefour, des bidonvilles de la Capitale et des villes de province. Elles sont dirigées par Michael Geilenfeld, un religieux au passé ombrageux qui est accusé d’abus sexuels sur des enfants démunis d’Haïti.

Sa tactique est connue. Il habitue les enfants à des attouchements corporels allant de simples caresses des membres, des parties du tronc, des fesses, jusqu’à la sodomie. Son chien méchant appelé Micky lui servait d’arme privilégiée pour intimider ses victimes. Plusieurs anciens de Saint-Joseph Home For Boys rapportent avoir été mordus par ce chien sur l’ordre de Geilenfeld.

Des pratiques d’abus sexuels et d’exploitation qui ont provoqué plusieurs mouvements de protestation en 1983, en 1991, et en 2005. Des jeunes danseurs des centres d’accueil Saint-Joseph, en déplacement aux Etats-Unis, ont fait des déclarations dans la presse Américaine dénonçant des abus sexuels de Michael Geilenfeld.  Des victimes ont été jusqu’à déposer une plainte formelle, au Consulat Américain de Port-au-Prince, contre leur Bourreau. Ils ont indexé Michael Geilenfeld. Madame Déjean de l’IBERS a été informée à 4 reprises, selon ses témoignages.

Geilenfeld a été traîné devant la justice haïtienne, ses accusateurs critiquent son influence sur des juges, de grands avocats de Port-au-Prince, des policiers, et le comble, sur des officiers de l’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince.

Pourtant, des missionnaires américains ayant travaillé dans les différents Centres d’Accueil Saint-Joseph d’Haïti ont rapporté des faits compromettants allant dans le sens des témoignages des victimes. Mary Kolhaas et Mitchelle  Finch sont deux américains qui ont eu le courage de mettre leur témoignage sur papier par devant un notaire Américain en janvier1991. ( Lisez tous les documents sur le site : http://www.dossiergeilenfeld.blogspot.com/)

Le nombre de victimes se compte par centaines. En 28 ans, ils sont nombreux ceux qui déclarent avoir connu les assauts de Geilenfeld. Lors d’un voyage d’enquête à Port-au-Prince, Réseau Citadelle a rencontré environ une douzaine d’adultes, anciens enfants de Saint-Joseph Home for Boys. Les récits sont les mêmes: Geilenfeld leur a caressé le cou, la figure, le ventre, les fesses, il les a pressés contre son sexe en érection, et finalement les moins violents, ou les plus naïfs, ont été sodomisés. Parfois, il utilise des haïtiens pédophiles et surtout bisexuels, membres de son staff, pour les premières attaques sur les enfants fraîchement arrivés.

Les victimes de Geilenfeld sont réparties partout à travers le monde: États-Unis, Europe, Amérique du Sud et Haïti. Après plusieurs tentatives pour stopper cet homme puissant, ils perdent confiance dans la lutte et voient en leur bourreau un homme intouchable au-dessus de la loi, grâce au pouvoir de l’argent. Les jeunes rencontrés sur le dossier n’ont pas cessé de répéter le fameux proverbe de Madame Déjean: “Lajan fè chien danse”.

Plusieurs sont morts dans des conditions troublantes, d’autres ont tenté le suicide, la grande majorité s’est réfugiée dans le silence de l’impuissance.

Cependant, avec l’annonce de la condamnation de Douglas Perlitz à Connecticut le 21 décembre 2010, ces jeunes marqués par les abus subis dans les Maisons Saint-Joseph reprennent confiance. Ils nous ont contacté pour les aider à relancer la campagne pour que justice soit faite.

C’est dans cette perspective que nous avions interrogé les plus déterminés et lancé, avec l’aide d’amis américains, une enquête journalistique et un plaidoyer, en vue de forcer les autorités concernées et les membres du Conseil d’administration de “Hearts with Haiti”, l’ONG américaine qui supporte les activités de Michael Geilenfeld, à faire la lumière sur les accusations répétées d’exploitation sexuelle des enfants.

Faut-il signaler que plusieurs pédophiles recherchés par la justice pour abus sur des enfants haïtiens ont passé un bon moment avec Michael Geilenfeld. C’est le cas pour Michael Brewer, Thony, Phillip Morris -homosexuel marié à un jeune garçon haïtien en Angleterre et de John Duarte, un prêtre catholique condamné au Canada pour pédophilie en Haïti.

Comment un tel homme peut-il avoir l’autorisation administrative et morale pour continuer à diriger, en toute quiétude, 3 maisons d’accueil pour enfants? Quel réseau se cache derrière Michael Geilenfeld?

RÉSEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 10 mai 2011, 15 heures 49.

—————
“Ne doutez jamais qu’un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi”
Margaret Mead (1901-1978)

____________________

By Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti.
Remembrance Radio FM, 106.1: souvenirfm @ yahoo. en

The Ré.Cit. Network (Citadel): www.reseaucitadelle.blogspot.com

There are in Port-au-Prince and Jacmel three (3) homes for children who are three (3) homes for sexual exploitation. According to several young people who attended these schools, three (3) “St. Joseph Homes for Children” together large numbers of street children from the Visitor Centre Carrefour, the slums of the capital and cities the province. They are led by Michael Geilenfeld, a religious shady past who is accused of sexual abuse of children in need in Haiti.

His tactic is known. It accustoms children to physical touching ranging from simple caresses members, parts of the trunk, buttocks, anal sodomy. His vicious dog called Micky was his favored weapon to intimidate his victims. Several former St. Joseph’s Home For Boys report being bitten by the dog on the order of Geilenfeld.

Practices of sexual abuse and exploitation that led to several protests in 1983, 1991, and 2005. Young dancers shelters St. Joseph, traveling to the United States, made statements in the American press denouncing sexual abuse by Michael Geilenfeld. The victims were to file a formal complaint at the American Consulate in Port-au-Prince, against their tormentors. They indexed Geilenfeld Michael. Ms. Dejean of Iberia was informed on 4 occasions, according to his testimony.

Geilenfeld was brought before the Haitian justice, his accusers criticize its influence on judges, great lawyers of Port-au-Prince, police, and the height on the officers of the U.S. Embassy in Port-au -Prince.

However, American missionaries who worked in various Welcome Centers St. Joseph of Haiti reported incriminating facts along the lines of the testimony of the victims. Kolhaas Mary Finch and Mitchell are two Americans who had the courage to put their evidence on paper by a notary American in January 1991. (Read all the documents at: http://www.dossiergeilenfeld.blogspot.com/)

The number of victims is in the hundreds. In 28 years, there are many who claim to have experienced the onslaught of Geilenfeld. On a trip survey in Port-au-Prince, Citadel Network met about a dozen adults, older children of St. Joseph Home for Boys. The stories are the same: their Geilenfeld stroked the neck, face, abdomen, buttocks, he was pressed against his erect penis, and finally the less violent or the most naive, were sodomized. Sometimes he uses Haitian bisexual pedophiles and especially members of his staff, for the first attacks on children recently arrived.

Geilenfeld victims are spread all over the world: USA, Europe, South America and Haiti. After several attempts to stop this powerful man, they lose confidence in the fight and see them untouchable executioner a man above the law, through the power of money. Young people encountered on the file have not ceased to repeat the famous saying of Madame Dejean “lajan fe dog.”

Several died in disturbing conditions, while others have attempted suicide, the vast majority took refuge in the silence of impotence.

However, with the announcement of the conviction of Douglas Perlitz in Connecticut December 21, 2010, these young people marked by abuse in the St. Joseph House regain confidence. They contacted us to help revive the campaign for justice.

With this in mind we asked the most determined and launched with the help of American friends, a journalistic investigation and advocacy in order to force authorities and members of the Board of Directors’ Hearts with Haiti, “the American NGO that supports the activities of Michael Geilenfeld, to shed light on the repeated accusations of sexual exploitation of children.

Is it necessary to point out that many pedophiles from justice for abuses of Haitian children have had a good time with Michael Geilenfeld. This is the case for Michael Brewer, Thony, Phillip Morris-homosexual married to a young Haitian boy in England and John Duarte, a Catholic priest convicted of pedophilia in Canada in Haiti.

How such a man can have permission to continue administrative and moral leadership, in peace, three homes for children? Which network is behind Michael Geilenfeld?

CITADEL NETWORK (Ré.Cit.), May 10, 2011, 3:49 p.m..

—————
“Never doubt that a small number of volunteers and thoughtful citizens can change the world. In fact, it’s always so”
Margaret Mead (1901-1978)

____________________

Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 : souvenirfm@yahoo. fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) : www.reseaucitadelle.blogspot.com

Il existe à Port-au-Prince et à Jacmel trois (3) maisons d’accueil pour enfants qui représentent trois (3) foyers d’exploitations sexuelles. Aux dires de plusieurs jeunes qui ont fréquenté ces établissements, ces trois (3) » Maisons Saint-Joseph pour Enfants » réunissent un nombre important d’enfants de rue venant du Centre d’accueil de Carrefour, des bidonvilles de la Capitale et des villes de province. Elles sont dirigées par Michael Geilenfeld, un religieux au passé ombrageux qui est accusé d’abus sexuels sur des enfants démunis d’Haïti.

Sa tactique est connue. Il habitue les enfants à des attouchements corporels allant de simples caresses des membres, des parties du tronc, des fesses, jusqu’à la sodomie. Son chien méchant appelé Micky lui servait d’arme privilégiée pour intimider ses victimes. Plusieurs anciens de Saint-Joseph Home For Boys rapportent avoir été mordus par ce chien sur l’ordre de Geilenfeld.

Des pratiques d’abus sexuels et d’exploitation qui ont provoqué plusieurs mouvements de protestation en 1983, en 1991, et en 2005. Des jeunes danseurs des centres d’accueil Saint-Joseph, en déplacement aux Etats-Unis, ont fait des déclarations dans la presse Américaine dénonçant des abus sexuels de Michael Geilenfeld. Des victimes ont été jusqu’à déposer une plainte formelle, au Consulat Américain de Port-au-Prince, contre leur Bourreau. Ils ont indexé Michael Geilenfeld. Madame Déjean de l’IBERS a été informée à 4 reprises, selon ses témoignages.

Geilenfeld a été traîné devant la justice haïtienne, ses accusateurs critiquent son influence sur des juges, de grands avocats de Port-au-Prince, des policiers, et le comble, sur des officiers de l’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince.

Pourtant, des missionnaires américains ayant travaillé dans les différents Centres d’Accueil Saint-Joseph d’Haïti ont rapporté des faits compromettants allant dans le sens des témoignages des victimes. Mary Kolhaas et Mitchelle Finch sont deux américains qui ont eu le courage de mettre leur témoignage sur papier par devant un notaire Américain en janvier1991. ( Lisez tous les documents sur le site : http://www.dossiergeilenfeld.blogspot.com/)

Le nombre de victimes se compte par centaines. En 28 ans, ils sont nombreux ceux qui déclarent avoir connu les assauts de Geilenfeld. Lors d’un voyage d’enquête à Port-au-Prince, Réseau Citadelle a rencontré environ une douzaine d’adultes, anciens enfants de Saint-Joseph Home for Boys. Les récits sont les mêmes: Geilenfeld leur a caressé le cou, la figure, le ventre, les fesses, il les a pressés contre son sexe en érection, et finalement les moins violents, ou les plus naïfs, ont été sodomisés. Parfois, il utilise des haïtiens pédophiles et surtout bisexuels, membres de son staff, pour les premières attaques sur les enfants fraîchement arrivés.

Les victimes de Geilenfeld sont réparties partout à travers le monde: États-Unis, Europe, Amérique du Sud et Haïti. Après plusieurs tentatives pour stopper cet homme puissant, ils perdent confiance dans la lutte et voient en leur bourreau un homme intouchable au-dessus de la loi, grâce au pouvoir de l’argent. Les jeunes rencontrés sur le dossier n’ont pas cessé de répéter le fameux proverbe de Madame Déjean: “Lajan fè chien danse”.

Plusieurs sont morts dans des conditions troublantes, d’autres ont tenté le suicide, la grande majorité s’est réfugiée dans le silence de l’impuissance.

Cependant, avec l’annonce de la condamnation de Douglas Perlitz à Connecticut le 21 décembre 2010, ces jeunes marqués par les abus subis dans les Maisons Saint-Joseph reprennent confiance. Ils nous ont contacté pour les aider à relancer la campagne pour que justice soit faite.

C’est dans cette perspective que nous avions interrogé les plus déterminés et lancé, avec l’aide d’amis américains, une enquête journalistique et un plaidoyer, en vue de forcer les autorités concernées et les membres du Conseil d’administration de “Hearts with Haiti”, l’ONG américaine qui supporte les activités de Michael Geilenfeld, à faire la lumière sur les accusations répétées d’exploitation sexuelle des enfants.

Faut-il signaler que plusieurs pédophiles recherchés par la justice pour abus sur des enfants haïtiens ont passé un bon moment avec Michael Geilenfeld. C’est le cas pour Michael Brewer, Thony, Phillip Morris -homosexuel marié à un jeune garçon haïtien en Angleterre et de John Duarte, un prêtre catholique condamné au Canada pour pédophilie en Haïti.

Comment un tel homme peut-il avoir l’autorisation administrative et morale pour continuer à diriger, en toute quiétude, 3 maisons d’accueil pour enfants? Quel réseau se cache derrière Michael Geilenfeld?

RÉSEAU CITADELLE (Ré.Cit.), le 10 mai 2011, 15 heures 49.

—————
“Ne doutez jamais qu’un petit nombre de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde. En fait, cela se passe toujours ainsi”
Margaret Mead (1901-1978)

____________________

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.